29-04-06

Quelques malentendus sur l'utilitarisme

L'utilitarisme, mal connu en France, fait parfois l'objet de malentendus. En voici les principaux :

1. L'utilitarisme n'a rien à voir avec la théorie de "l'égoïsme psychologique", selon laquelle nos actions sont toujours le fruit d'un calcul intéressé et égoïste. L'utilitarisme est également conceptuellement distinct de la théorie du "choix rationnel". Selon cette théorie utilisée en économie et en sociologie, les phénomènes sociaux peuvent s'expliquer au moins en partie par l'hypothèse selon laquelle les individus cherchent à maximiser leur utilité (ou leur satisfaction) tout au long de leur vie. La confusion vient du fait que l'on utilise parfois en sociologie le terme "utilitarisme" pour désigner la théorie du choix rationnel.

2. L'utilitarisme n'est pas un "économisme". Ce qui est "utile" pour l'utilitarisme n'est pas ce qui est simplement "utilitaire", mais tout ce qui contribue au bonheur, au bien-être ou à l'épanouissement des êtres humains. Par exemple, un utilitariste ne considérera pas que l'art est "inutile", car il constitue pour beaucoup de gens une source de plaisir intellectuel ou esthétique. La confusion vient de ce que le sens usuel du mot "utile" n'est pas le même que celui de l'utilitarisme.

3. L'utilitarisme n'est pas non plus une doctrine prescrivant ou valorisant la poursuite par chacun de son intérêt égoïste.

Etre utilitariste, en politique, c'est souhaiter que l'Etat se donne pour seul objectif de promouvoir le bien-être des individus (ou de minimiser leurs souffrances).

Etre utilitariste, dans la vie de tous les jours, c'est souhaiter que les actions d'autrui (et les nôtres) maximisent le bien-être des individus concernés (ou minimisent leurs souffrances).

Posté par xavierbebin à 11:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Quelques malentendus sur l'utilitarisme

    Utilitarisme = Biopolitique

    Je cite l'auteur :
    "Etre utilitariste, en politique, c'est souhaiter que l'Etat se donne pour seul objectif de promouvoir le bien-être des individus (ou de minimiser leurs souffrances).

    Etre utilitariste, dans la vie de tous les jours, c'est souhaiter que les actions d'autrui (et les nôtres) maximisent le bien-être des individus concernés (ou minimisent leurs souffrances). "

    L'utilitarisme est donc la biopolitique. Mais au fait, quels sont les critères qui dicteront ce qu'est le bien-être des individus, les actions d'autrui comme étant bonnes ou non?

    C'est en cela que l'économisme intervient dans l'utilitarisme, pour orienter les actions individuelles vers un gain collectif.

    C'est typiquement ce que Foucault présente comme étant une politique sécuritaire où la seule préoccupation de l'Etat, ce serait le faire bien vivre du concitoyen.

    Merci Xavier Bebin pour cette manignifique critique, involontaire, de l'utilitarisme

    Posté par jalaquesnacc, 14-04-07 à 14:14 | | Répondre
Nouveau commentaire